Accueil » Actualités » Vous avez dit balai, bijou, goémon ?

Vous avez dit balai, bijou, goémon ?

Les langues se mélangent et s’influencent toujours mutuellement. Ainsi, on trouve en français quelques mots issus du breton...

Avant de donner un coup de balai, vous avez ôté votre bijou. Et, sans le savoir, vous avez utilisé en une phrase deux mots directement issus du breton. Car oui, même si le breton est, depuis longtemps, en position de faiblesse par rapport au français, il a réussi à lui inspirer quelques termes, passés dans l’usage courant.
Ainsi, balai provient du mot breton balan, signifiant genêt. Autrefois, cette plante formait les premiers balais rudimentaires. Alain Rey, dans son Dictionnaire historique de la langue française le confirme : “Les Bretons auraient été les premiers à fabriquer ces objets, puis le mot se serait étendu à toute la France, même quand les balais étaient fabriqués avec d’autres matières suivant les ressources des régions”.
Autre terme : bijou, attesté en français depuis 1460. C’est un mot qui est emprunté au breton, langue dans laquelle un anneau pour le doigt se dit bizoù, puisque le doigt, c’est biz. Encore un exemple ? Le terme cohue, la bousculade, la foule en désordre, est issu du breton koc’hu qui désigne… une halle de marché !
Souvent, un mot est passé du breton au français lorsqu’il nomme quelque chose de surreprésenté dans la région. L’influence maritime se fait ainsi sentir. Goéland, goémon et bernique sont tous des mots bretons. Kabig, bagad, kouign-amann, korrigan sont utilisés car ils n’ont pas d’équivalent ailleurs. Dolmen et menhir ont été choisis par les archéologues du 18e siècle devant la profusion de monuments néolithiques dans la région.
Reste le cas du verbe baragouiner. Tout le monde ne s’accorde pas sur l’étymologie de ce terme apparu en français au
14e siècle, mais pour Alain Rey, pas de doute, il est composé des mots bretons bara (pain) et gwin (vin). Le lexicographe l’explique ainsi : “Sobriquet à l’encontre des Bretons, tiré de leur expression favorite entendue dans les auberges françaises qu’ils fréquentaient”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez utiliser ces tags HTML et attributs:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>