Accueil » Actualités » Chauvins ou lucides, les Bretons ?

Chauvins ou lucides, les Bretons ?

Pourquoi les Bretons sont si attachés à leur région ? C’est devenu l’objet de blagues : les Bretons ? Attachés à leur région comme des berniques à leur rocher. Tellement fiers qu’ils en seraient chatouilleux et goûteraient peu les critiques envers leur cher pays. Pourtant, des défauts, la Bretagne en a… sûrement. En tout cas, on a cherché. Mais ce n’est pas si simple...

Il y a d’abord une évidence, qu’on répète avec orgueil quand on est Breton, avec une pointe d’exaspération quand on ne l’est pas : les Bretons ? D’indécrottables berniques attachées à leur rocher. La Bretagne ? Ils ne peuvent pas en parler autrement qu’avec des accents lyriques dans la voix. Bref, de vrais chauvins. Eux-mêmes sont pourtant absolument persuadés d’une évidence : leur pays est tout simplement formidable. Et ils en sont sacrément fiers.
Ce qui peut ressembler à des boutades de fin de repas s’avère en réalité reposer sur de solides bases statistiques. Les différents sondages effectués sur la question (voir pages suivantes) en attestent : c’est un fait, une donnée sociologique. En France, les Bretons sont bien ceux qui se déclarent le plus attachés à leur région, sans aucune concurrence possible. Même si les Alsaciens, les Chtis ou les Corses peuvent monter sur le podium, les Bretons creusent l’écart pour la première place au classement de la fierté régionale.

Un tableau idyllique

Et puis, les taux qu’atteignent ces sondages soulèvent une question : quand presque 90 % des habitants de la région déclarent y être attachés, cela ne peut vouloir dire qu’une seule chose. Même les néo-Bretons, ceux qui n’y sont pas nés mais qui sont venus y vivre, sont convertis. C’est ce que constate Christelle Craplet, directrice de clientèle chez BVA et coordinatrice d’enquêtes sur le sujet. “Les identités régionales perdurent. Ce fort taux d’attachement, c’est quelque chose qu’on a déjà pu mesurer dans le passé. On peut probablement se dire que ceux qui viennent habiter en Bretagne, qui ne sont pas des Bretons d’origine mais qui font le choix de vivre dans cette région, se fondent dans le paysage et dans cette identité forte.”
Alors, bien sûr, on aperçoit déjà les grincheux et les esprits chagrins. Tout serait si rose en Bretagne ? N’y aurait-il pas quelques menus défauts qui viendraient ternir ce tableau idyllique ? Le chauvinisme des Bretons serait-il teinté de mauvaise foi, empêchant de voir ce qui ne tourne pas rond ici ? Chez Bretons, on essaye de garder l’esprit clair et objectif. Nous nous sommes donc lancés dans une liste des mauvais points habituellement attribués à la région. Mais on a eu beau chercher, on a eu du mal à trouver. Parce que même nos défauts sont finalement assez agréables. Clairs et objectifs, on vous a dit.

Découvrez vite cette liste et l’appréciation très personnelle sur le sujet de Jean-Yves Lafesse dans le magazine Bretons n°156 d’août-septembre 2019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez utiliser ces tags HTML et attributs:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>