Accueil » Actualités » Foot : des joueurs bretons mais pas en Bretagne

Foot : des joueurs bretons mais pas en Bretagne

Avec dix-neuf de ses représentants en Ligue 1, la colonie bretonne est une des plus importantes au niveau national. Mais seulement cinq d’entre eux évoluent dans un club de la région. Contradictoire ? ...

La Bretagne est, personne ne l’ignore, l’une des plus fortes régions de France en termes de licenciés en football. D’après l’enquête que nous avions réalisée l’an dernier, elle pointe même à la seconde place nationale – après les Pays de la Loire – si on met en perspective le nombre de ses licenciés par rapport à sa population. Mais, on le sait aussi, elle peine à faire éclore parmi ses nombreux éléments des joueurs de haut niveau international. Qu’en est-il aujourd’hui ? Combien de Bretons évoluent en Ligue 1 ?
Après six journées, ils sont ainsi 19 représentants de la région à être entrés en jeu. C’est peu, si on compare ce chiffre aux 411 joueurs professionnels qui ont foulé une pelouse depuis le début de saison. Mais c’est beaucoup mieux, si on met en perspective que cet honneur n’a été offert qu’à 214 joueurs français. Auxquels on peut retrancher une vingtaine d’éléments, nés et formés à l’étranger, et naturalisés ensuite. Ce qui fait que les joueurs bretons représentent environ 10 % du total des joueurs nationaux en Ligue 1. Plus que la part de la population bretonne dans l’Hexagone : 6,8 % avec 4,6 millions d’habitants dans la Bretagne à cinq pour 66,9 millions au total. Seule l’Ile-de-France peut sans doute se targuer d’un résultat supérieur.

5 minutes pour la Bretagne

Mais, et c’est là toute la contradiction, la majorité des joueurs bretons n’évoluent pas dans les clubs bretons. L’En Avant de Guingamp n’a ainsi fait jouer que deux Bretons sur ses dix-huit joueurs utilisés : Christophe Kerbrat et Étienne Didot. Le FC Nantes n’en a aligné que deux sur un total de vingt-cinq : Maxime Dupé et Abdoulaye Touré. Enfin, le Stade Rennais n’a utilisé en tout et pour tout qu’un seul élément de la région, sur les vingt-et-un joueurs de son effectif : Nicolas Janvier. Et encore, le jeune Malouin (19 ans) n’est entré en jeu qu’à une seule occasion, et pour cinq minutes face à Toulouse. Le bilan breton du Stade Rennais est pour l’instant très modeste : 540 minutes de jeu au total, 5 minutes pour la Bretagne, soit
1 % du temps de jeu… On mettra cependant au crédit des Rennais le fait que Yoann Gourcuff soit toujours blessé et que Romain Danzé, une valeur sûre de la Ligue 1, va faire son entrée en jeu à un moment ou un autre.

6 à Lorient, 5 à Brest

En dehors des trois clubs bretons, quatorze autres joueurs de la région ont été alignés depuis ce début de saison. Nice en a fait jouer autant (deux) que Nantes et Guingamp : Maxime Le Marchand et Mickaël Le Bihan. Pour vraiment trouver un club reposant sur un groupe de joueurs bretons, il faut descendre d’un niveau et s’intéresser au FC Lorient et au Stade Brestois.
Les Lorientais, entraînés par le Nantais Mickaël Landreau, en possèdent six dans leurs rangs (Lemoine, Le Goff, Marveaux, Danic, Courter et Hamel) avec deux autres en réserve (Rose et Lavigne). Les Brestois en ont aligné cinq pour l’instant (Autret, Coeff, Larsonneur, Henry et Chardonnet), avec deux autres joueurs faisant partie de l’effectif mais non utilisés à ce jour (Jacob et Lijour). Doit-on voir une relation de cause à effet entre la composition de ces équipes, à forte assise locale, et les bons résultats de ce début de saison ? Lorient caracole en tête du championnat et Brest suit en embuscade à la quatrième place…

 

Page sport du magazine Bretons n°135 d’octobre 2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez utiliser ces tags HTML et attributs:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>