Accueil » Actualités » Jean-Claude Narcy: le soldat de l’information

Jean-Claude Narcy: le soldat de l’information

Spécialiste depuis plusieurs décennies des opérations spéciales sur TF1, le Breton d’adoption Jean-Claude Narcy fait du journalisme à la manière militaire : carré, au-delà des modes...

Son bureau, situé dans l’arrière-cour d’un anonyme immeuble du 16e arrondissement, a tout d’un petit musée de la maison TF1. Sur les murs, en couleurs clinquantes des années 1980 et 1990, s’affichent les visages les plus connus des Français. Il y a là Jean-Pierre Foucault, Claire Chazal ou Jean-Pierre Pernaut. On reconnaît aussi le prince Albert ou Nikos Aliagas. Les époques, suivant les photos géantes soigneusement imprimées, divergent, mais on hume l’heure de gloire de la chaîne de Martin Bouygues. Ces temps où les audiences approchaient sans réelle difficulté les dix millions de téléspectateurs.
Jean-Claude Narcy, le port impeccable, nous a conduits dans son antre, ceint dans son long manteau d’amiral. On sent que l’homme prend soin de lui et de son corps : il semble ne pas avoir un kilo en trop, et son costume, dévoilé une fois le pardessus retiré, est d’une mise impeccable. Il y a quelque chose d’assez militaire, dans ses manières comme dans sa gestuelle, chez Jean-Claude Narcy, et cela tombe bien : il s’agit journalistiquement de sa spécialité. Quand vous allumez votre téléviseur le 14 juillet ou lors de grandes émissions spéciales, c’est sur ce visage émacié désormais garni de cheveux argent que vous tombez. Les experts notent à chaque fois sa connaissance encyclopédique de la Grande Muette, son respect des codes en cours dans ce milieu et son irréprochabilité lorsqu’il s’agit d’égrener les grades.
La veille de notre rencontre, Jean-Claude Narcy déjeunait avec Florence Parly, la ministre de la Défense du gouvernement d’Édouard Philippe. Il connaît bien également son prédécesseur, le Breton Jean-Yves Le Drian. La conversation roule sur le cas du général de Villiers, grand acteur de l’actualité estivale avec sa démission, et de retour sur les écrans de télévision et les rayons des librairies, avec son livre Servir, paru chez Fayard : “Il s’agit d’un grand et beau soldat”, commente Narcy, qui a vu passer un certain nombre de chefs d’état-major depuis le début de sa carrière.

(…)

Retrouvez l’intégralité de cet article dans le magazine Bretons n°138 de Janvier 2018.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez utiliser ces tags HTML et attributs:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>