Accueil » Actualités » Qui sont les nouveaux arrivants en Loire-Atlantique ?

Qui sont les nouveaux arrivants en Loire-Atlantique ?

Il y a deux fois plus d’Angevins et de Vendéens que de Parisiens. En revanche, ces derniers restent. Analyse...

On le sait, des villes comme Nantes, Rennes et même Vannes enregistrent depuis quelques années un taux de turn-over de population assez important. Et cette fois, on est bien sorti du schéma très simple qui faisait qu’on quittait son lieu de vie à 18 ans pour suivre des études ailleurs et qu’on y revenait pour prendre sa retraite. Ainsi, l’analyse réalisée par l’Insee sur les déplacements de population du département de la Loire-Atlantique est assez révélateur. On arrive ou on quitte le département pour des raisons multiples : professionnelles, bien sûr, mais aussi familiales ou choix de vie, etc. Mais qui sont les nouveaux arrivants de Loire-Atlantique ?
En premier lieu, ce sont les “voisins”. Entre 2014 et 2015, la période étudiée, ce sont en effet les ressortissants du Maine-et-Loire qui forment le contingent le plus important avec 4 400 nouveaux arrivants, devant ceux de la Vendée (3 700), d’Ille-et-Vilaine (3 100) et du Morbihan (2 750). Ce sont quatre des cinq départements frontaliers avec la Loire-Atlantique. La Mayenne, quant à elle, enregistre un apport trop faible (moins de 800 personnes) pour faire partie des dix départements les plus importants. En cinquième position arrive Paris (2 150), puis les Hauts-de-Seine (1 700), le Finistère (1 450), les Yvelines (1 100), la Sarthe (1 000) et, en dixième position, la Gironde (800 nouveaux arrivants).
Ces néo-Nantais remplacent donc des habitants qui ont choisi ou ont été contraints de quitter la région. Mais où vont donc ces gens ? Eh bien, à peu de choses près et pour un nombre presque similaire, dans les mêmes endroits qu’ont quittés les nouveaux arrivants ! À quelques exceptions près. Les ressortissants d’Île-de-France ainsi que les Sarthois restent en majorité en Loire-Atlantique. À croire qu’ils sont ravis de leur nouvelle vie. Et il y a même plus de Vendéens qui repartent que de nouveaux arrivants. Seraient-ils déçus ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez utiliser ces tags HTML et attributs:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>