Accueil » Actualités » Pour Frédéric Paulin, «l’écrivain doit faire œuvre de mémoire»

Pour Frédéric Paulin, «l’écrivain doit faire œuvre de mémoire»

L’écrivain rennais signe avec «La Guerre est une ruse» un incroyable roman noir qui plonge dans les années noires de l’Algérie, lorsque les islamistes du GIA s’ancrent dans un pays tenu de main de fer par l’armée. La France, en arrière-plan, jouant un rôle ambigu…

BRETONS: Pourquoi avoir écrit sur l’Algérie ?

FRÉDÉRIC PAULIN: Je travaille sur l’Algérie d’un point de vue de Français, qui voit ça depuis la France. Je n’ai pas d’attaches familiales ou culturelles en Algérie. Mais les Français ont été présents en Algérie pendant plus d’un siècle, et il reste aujourd’hui un lien fort entre les gouvernants et les populations. J’ai vécu en banlieue parisienne jusqu’à mes 20 ans, j’ai toujours eu beaucoup d’Algériens dans ma classe. Mais j’ai écrit de ce point de vue de Français, ma légitimité est celle-ci. La ligne rouge de toute mon œuvre, c’est une forme d’interrogation : Comment on est arrivé là ? Comment on est arrivé à cette situation terrible en Algérie, cette guerre civile qui est aujourd’hui larvée mais qui a vu des massacres à grande échelle dans les années 1980 ? Quelle est la responsabilité de la France ? Pas celle d’un pays ou d’un gouvernement entier, mais d’individualités qui ont abouti à cette décennie noire, qui continue encore…
J’écris aussi pour rappeler à mes compatriotes qu’un massacre à grande échelle comme celui-là ne s’arrête pas du jour au lendemain parce que les médias l’ont décidé, que les gouvernements ont un autre agenda politique. Aujourd’hui encore, il y a des intellectuels menacés, tués, à Alger même. Tout continue. Même si on a oublié. Le travail de mémoire est important. Dès le moment où un peuple oublie son histoire, il a du mal à savoir où il peut aller. Écrire sur ces périodes et ces pays, qui ne sont pas forcément les miens, c’est aussi pour faire œuvre de mémoire.

 

(…) Retrouvez l’intégralité de cet entretien dans le magazine Bretons n°146 d’octobre 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Guerre est une ruse, Agullo, 416p., 22 €

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez utiliser ces tags HTML et attributs:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>