Accueil » Actualités » La révélation du cycliste David Gaudu

La révélation du cycliste David Gaudu

En remportant le Tour de l’Avenir et la Course de la Paix la même année, le jeune Finistérien est entré dans l’histoire du cyclisme amateur. Avant de viser plus haut...

On peut considérer de deux façons différentes les exploits du jeune (20 ans) David Gaudu. D’abord, en effectuant un parallèle dans le temps. Et c’est assez impressionnant, car jusqu’ici, un seul coureur avait réussi à remporter la même année, en 1979, les deux plus grandes épreuves “amateurs” du monde : la Course de la Paix et le Tour de l’Avenir. Et ce n’était pas n’importe qui : Sergueï Soukhoroutchenkov, une légende du sport russe de la fin des années 1970 et du début des années 1980, une époque où le cyclisme de l’Europe de l’Est restait confiné dans ses murs. Il aura donc fallu attendre trente-sept ans pour qu’un coureur réussisse ce fameux doublé.

Plus jeune vainqueur

On peut aussi souligner qu’en gagnant le Tour de l’Avenir, non seulement le Finistérien succède quatre ans après au Morbihannais Warren Barguil qui s’est installé aujourd’hui parmi les tout meilleurs cyclistes français, mais qu’il en devient également le plus jeune vainqueur de tous les temps… ou presque, puisque Gianbattista Baronchelli (en 1973) le devance d’un seul jour.

Peu importe finalement la façon dont on présente la performance de David Gaudu, ce qui semble à peu près évident est que la Bretagne s’est découvert l’un de ses coureurs les plus prometteurs, dont le potentiel enthousiasme l’ensemble des observateurs. Car David Gaudu est un grimpeur et en possède le gabarit (1,73 m pour 53 kg), et ce simple qualificatif fait bien sûr penser au Tour de France. Sa maîtrise, alors qu’il portait le maillot jaune sur les hauteurs du col de la Croix-de-Fer au mois d’août dernier, n’a échappé à personne.

Un pro au sein de la FDJ

2016 aura donc été l’année de la révélation pour lui. Cela a commencé par le Grand Prix de Plumelec, où il termine neuvième face aux professionnels. Puis, il remporte la Course de la Paix, en République tchèque. Et tout s’enclenche : une médaille de bronze au championnat de France amateur, une cinquième place au Tour de l’Ain, là encore parmi les professionnels, et donc sa victoire au Tour de l’Avenir, où il gagne la sixième étape, avant de contrôler ensuite ses concurrents, notamment lors de la dernière étape entre Saint-Michel-de-Maurienne et le col de la Croix-de-Fer, laissant l’impression qu’il ne pouvait absolument rien lui arriver.

Désormais licencié au sein de l’équipe professionnelle de la FDJ où il rejoint trois autres Bretons, Le Lannionnais Johan Le Bon, le Brestois Olivier Le Gac et le Vannetais Benoît Vaugrenard, le natif de Landivisiau peut dorénavant rêver  à de grands exploits.

Retrouvez cet article dans le magazine Bretons de mars 2017.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez utiliser ces tags HTML et attributs:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>