Le magazine qui fait du reuz

Qui Fait la Bretagne ?

Le premier "Who's who bretons" voit enfin le jour. Basé sur des centaines de portraits rédigés depuis 2005 par nos journalistes, nous mettons ces ressources à votre disposition. Entrepreneurs, scientifiques, sociologues, politiques, etc… Découvrez les hommes et les femmes qui font la Bretagne.

Les Bretons sont-ils formidables ?

19/08/2013
La plupart des Bretons le savent. Ils ont la chance de vivre dans une région formidable en termes de cadre de vie, de relations humaines ou de civisme. Plusieurs enquêtes récentes ne font que le confirmer.

Comment peut-on déterminer le “bien vivre” d’une région ? Voilà près de quinze ans que les news nationaux – Le Point, L’Express ou encore Le Nouvel Observateur – s’y collent, en essayant de donner une note aux villes ou aux départements à l’aide de nombreux indicateurs : taux d’espaces verts, transports en commun, taux de criminalité, aide sociale, météo, etc. Même si les villes distinguées sont à peu près les mêmes (Rennes et Nantes toujours dans le Top 5), et si de fait une esquisse des territoires prend forme, jamais un classement basé sur les entités régionales n’a été réellement effectué. On ne peut donc estimer celui-ci que d’après plusieurs travaux réalisés, chacun dans un domaine particulier.  

Pas beaucoup de pompiers
Ainsi, dans son dernier rapport, “L’état social de la France” en 2013, l’Odis, l’Observatoire du dialogue et de l’intelligence sociale, esquisse un contour des vingt-six régions françaises autour de treize indicateurs de lien social et de treize indicateurs de performance économique. On peut bien entendu débattre à l’infini des critères choisis (les pompiers plus que les bénévoles des clubs de sport…) mais le mérite de cette étude est tout simplement celui d’exister.
En ce qui concerne le lien social – a priori un point fort de la Bretagne –, la région ne termine qu’en huitième position. La Bretagne est pénalisée par trois mauvaises performances : la quantité de pompiers volontaires (18e), le taux de création d’associations (15e) et surtout le taux de suicide (26e et dernier). Les pompiers ? En tête, figurent bien entendu les régions du Sud qui nécessitent de plus gros moyens. Ce qui ne dédouane pas les Bretons. Le taux de création d’associations ? Contrairement à ce qui semble être une idée bien arrêtée, le taux d’associations n’est pas très élevé en Bretagne. Et donc, très logiquement, le taux de nouvelles créations. Quant au suicide, on sait que les informations remontées au niveau national sont fausses comme nous l’avons déjà démontré par le passé.

Moins de divorces qu’ailleurs
En revanche, dans tous les autres domaines, la Bretagne se positionne entre la première et la quatrième place. Les Bretons, bons élèves, légalistes, respectueux des lois, ont par exemple une faible propension à aller vers les tribunaux. Ils font aussi preuve d’un vrai sens civique avec le meilleur taux de participation aux élections présidentielles. L’enquête nous permet également d’apprendre que les Bretons divorcent moins que les autres. Et que le taux de délinquance reste modéré (4e). D’autres informations émanant de différentes sources confirment la bonne place de la région. Ainsi, le ministère de l’Économie a publié une enquête sur la fraude fiscale. Et de constater que derrière les Pays de la Loire, la Bretagne est la deuxième région qui pratique le moins la fraude. De même, une étude très récente de l’Autorité régionale de la santé indique que les médecins bretons sont ceux qui pratiquent le moins le dépassement d’honoraires, et de loin : +3,3% en moyenne contre +23,9% en Île-de-France.
Très récemment encore, la Fédération française des sociétés d’assurance a déterminé quelles régions étaient les plus touchées par les vols de voiture et les accidents. En ce qui concerne les vols de voiture, la Bretagne arrive en troisième position et pour les accidents en deuxième. Mais c’est aussi la seule à être deux fois sur le podium dans les deux catégories.

Le sens de la fête
Tout cela est plutôt formidable et ferait donc des Bretons des citoyens plutôt sérieux, consciencieux et honnêtes. Un peu ennuyeux, autrement dit. Mais c’est oublier bien entendu une autre part profonde de l’âme bretonne : l’ouverture aux autres et le sens de la fête.  Une enquête de l’Idies n’a-t-elle pas démontré que les Bretons étaient ceux qui parlaient le plus fréquemment avec leurs voisins ? Ne sont-ils pas aussi ceux qui lisent le plus puisqu’ils affichent le plus fort taux d’emprunt de livres en bibliothèque ? Mais également les premiers en termes d’organisation et de fréquentation des festivals ? Et, bien évidemment, les premiers au nombre de bars par habitant…

Par Didier Le Corre

COMMENTAIRES

DeCommentaire

Marc fanch
21/10/2013

Les indicateurs de lien social me semblent technocratique. Il ne se réfère pas notamment aux aspects culturels et d'appartenance à un peuple. De plus la création d'associations est bien souvent utilisé pour dissimuler des activités à but exclusivement lucratifs! Enfin cela reste des indicateurs comme vous l'avez justement souligné.

Ajouter un commentaire