Accueil » Articles

Articles

Brest Armorique

Il y a vingt-huit ans, le 30 novembre 1991, le Brest Armorique bâti par François Yvinec disputait son dernier match sur la pelouse du voisin et rival guingampais, avant de disparaître corps et biens en cours de saison de Deuxième Division. Aujourd’hui, son successeur, le Stade Brestois 29, promu en Ligue 1 depuis cet été, s’affiche parmi les meilleures équipes de ce début de saison.

Au revoir chagrin

Avec son septième album, Au revoir chagrin, Da Silva, installé depuis vingt ans en Bretagne, lève la tête pour profiter du soleil et inviter à la légèreté dans “un monde qui hurle”. Entre spectacle pour enfants, livre jeunesse, livre d’entretiens et peinture, il se démultiplie avec bonheur.

Ana Sohier: “Rennes ne doit pas devenir un Paris breton”

Déléguée au patrimoine et à la politique linguistique de la mairie de Rennes, membre de l’UDB, l’Union démocratique bretonne, cette jeune femme de 37 ans affiche son désaccord sur la “métropolisation” de sa ville. Le pays de Rennes s’apprête à recevoir 160 000 nouveaux habitants d’ici 2040. Une arrivée massive qui participerait à la perte d’identité de la ville…Lire la suite

Le « Druide » et le « Blaireau »

Après une belle saison du cyclisme breton marquée notamment par le titre de champion de France de Warren Barguil et la révélation David Gaudu sur le Tour de France, on a demandé leur avis à deux de leurs prestigieux aînés : le “blaireau” Bernard Hinault et le “druide” Cyrille Guimard. Analyse sans langue de bois de deux monuments de la Petite Reine.

Yann Lukas

Cet ancien journaliste s’est reconverti dans l’écriture d’ouvrages portant tous sur le patrimoine breton et sa langue. Un territoire auquel il est viscéralement attaché et dont il propose une ode amoureuse dans son dernier livre, Bretagne anti-guide. L’occasion d’une conversation avec cet érudit sur l’histoire de la région, sur le caractère de ses habitants, sur la perte et la quête d’identité.

L’impossible innocence

Consacré à l’affaire Seznec, cet ouvrage est la conclusion d’une minutieuse enquête de Michel Pierre qui l’a conduit à conforter la décision du tribunal de Quimper rendue en 1924.
Jugé coupable du meurtre de Pierre Quéméneur, Guillaume Seznec n’a, d’après lui, pas été la victime d’une erreur judiciaire..