Accueil » Actualités » François de Rugy: “Je proposerai la réunification de la Bretagne”

François de Rugy: “Je proposerai la réunification de la Bretagne”

Sur le bureau du nouveau président de l’Assemblée nationale, dans le très bel hôtel de Lassay qui jouxte le palais Bourbon, trône un petit Gwenn-ha-Du. C’est que le successeur de Claude Bartolone, élu le 27 juin dernier, est un Breton sincère. Le Nantais François de Rugy, député de Loire-Atlantique depuis 2007, ex-Vert et actuel soutien d’Emmanuel Macron, a toujours été un partisan de la réunification de la Bretagne comme un soutien des langues régionales. Des dossiers qu’il entend continuer à suivre depuis le Perchoir...

Bretons : Vous êtes député depuis 2007. Qu’est-ce que ça a changé pour vous de devenir président de l’Assemblée nationale ?

François de Rugy : Pour moi, le changement le plus manifeste, c’est le renouvellement profond de l’Assemblée nationale – ceux qui ont perdu leur siège diraient même le renouvellement brutal. Le groupe majoritaire est composé à 90 % de nouveaux députés, c’est aussi le cas de son allié le MoDem, du groupe d’opposition de La France insoumise. Même au sein du groupe Les Républicains, qui est pourtant passé de deux cents à cent députés, près de la moitié d’entre eux sont nouveaux. C’est pour moi ce qui est le plus frappant. Je le vois d’autant plus depuis la place que j’occupe maintenant, au perchoir, où l’on observe l’Assemblée de façon panoramique.
Ce renouvellement se traduit par le fait qu’il n’y a plus beaucoup de grandes figures. François Hollande, que j’ai rencontré récemment et qui est toujours un observateur attentif de la vie politique, me faisait remarquer qu’il n’y a plus aucun ancien Premier ministre, à part Manuel Valls. En même temps sont entrés à l’Assemblée Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, deux candidats à la présidentielle qui avaient quand même réuni chacun un grand nombre de voix.

Quelles seront les initiatives concrètes, durant le quinquennat, pour l’expression des identités régionales ?

Il y aura la ratification de la Charte des langues régionales. On travaille dans l’idée que durant l’été 2018, on ait abouti au chantier institutionnel. C’est ce que le président a laissé entendre lors de son discours devant le Congrès. Or, on peut penser que ce sujet des langues régionales, avec d’autres comme la proportionnelle ou la réduction du nombre de députés, fera partie du paquet institutionnel. Personnellement, je plaide pour que ces sujets soient abordés en début de mandat.

Quelle est la sensibilité personnelle d’Emmanuel Macron sur ces questions-là ?

Je l’avais accompagné en Corse le 7 avril, deux semaines avant le premier tour de l’élection présidentielle. Et je me souviens très bien qu’il avait fait un discours, non pas sabre au clair, mais il avait dit un certain nombre de choses. On ne va pas refaire la carte des régions une énième fois, mais il y a des corrections à apporter. Je plaide fortement dans ce sens. Pour l’Alsace, mais aussi pour l’ouest et le centre. Entre la Bretagne, les Pays de la Loire et pour la région Centre-Val de Loire :
de ces trois régions, il faut en faire deux.

D’ici la fin du quinquennat d’Emmanuel Macron, vous pensez possible la réunification de la Bretagne, une Bretagne à cinq départements ?

Oui, dans ce cadre-là, la logique est la réunification de la Bretagne. En tout cas, je le proposerai et je plaiderai pour. Cela va de plus en plus apparaître comme étrange de laisser cette question de côté : de nombreux blocages politiques ont été décantés. Mais ce n’est pas le président de l’Assemblée nationale qui décide tout seul… Et je suis concentré sur les réformes et les transformations de l’Assemblée nationale. J’ai été élu sur une profession de foi, après avoir annoncé à mes collègues quels seraient mes chantiers prioritaires.

 

Retrouvez la suite de cet entretien de 6 pages dans le magazine Bretons d’octobre 2017.

Bretons n°135 – Octobre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez utiliser ces tags HTML et attributs:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>