Accueil » Actualités » Les heures bretonnes du général de Gaulle en juin 40

Les heures bretonnes du général de Gaulle en juin 40

Une visite express à Carantec, un projet de ligne Maginot bretonne, une capitale prévue à Quimper. En ce mois de juin 1940, la Bretagne a été très présente dans l’esprit du général de Gaulle. Récit de cette escapade armoricaine...
Bretons 165 - Juin 2020

Carantec, le 15 juin 1940 vers 15 heures. Une Peugeot 402 traverse le bourg finistérien au nord de Morlaix et s’arrête im­passe du Petit-Thouars, devant la villa d’Arvor. La grande bâ­tisse de granit appartient à un couple de locaux, les Moncus, qui l’ont louée depuis quelques jours à une certaine Suzanne Vendroux. Sort de l’imposant véhicule un homme qui marque le voisinage par sa stature et son uniforme. C’est le général Charles de Gaulle. Le nouveau sous-secrétaire d’État à la Guerre, nommé dix jours plus tôt par le Premier ministre, Paul Reynaud, est en visite express pour saluer les femmes et les enfants entre deux rendez-vous. “Il est resté sur place une demi-heure tout au plus. Le temps lui était compté : ce n’était qu’un détour entre Rennes, où il avait passé la matinée, et Brest, d’où il était prévu qu’il embarque pour Londres”, témoigne Jean-Pierre Daffniet, historien local.

La locataire des lieux, Suzanne Vendroux, n’est autre que la soeur d’Yvonne de Gaulle, arrivée sur place le 11 juin en provenance du fief de La Boisserie à Colombey-les-Deux-Églises, en plein contexte d’exode. “Suzanne l’avait précé­dée, choisissant ce lieu pour fuir l’ennemi al­lemand, et Yvonne l’a rejointe naturellement quelque temps plus tard avec ses enfants, Philippe, Élisabeth et Anne, ainsi que la gou­vernante, Marguerite Potel, et le chien de la famille, Fidèle”, raconte Christine Clerc, bio­graphe des de Gaulle. À Carantec en cet après-midi printanier, Charles embrasse son épouse et sa descendance, puis, après ce bref intermède, les quitte le coeur lourd, ne sachant pas quand il pourra les revoir. En pleine débâcle, l’incer­titude est totale, à Carantec comme dans toute la France, un pays alors en proie au désespoir.

 

Retrouvez la suite de cet article dans magazine Bretons n°165 de juin 2020

Bretons 165 - Juin 2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez utiliser ces tags HTML et attributs:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>